blogarchi1

« Je tiens à rappeler que « Notre Loire » a deux rives, et que la rive gauche mérite tout autant notre attention collective »

En visite à l’exposition ARCHILAB à St Pierre le Puellier, je repensais au débat du conseil municipal sur l’aménagement de la partie Ouest du centre ville d’Orléans, « cheval rouge, Carmes, hôpital Madeleine, trémie Jean Jaurès »

Au-delà d’approches qui privilégient l’un ou l’autre aspect, ces projets qui engagent l’avenir et qui se réalisent sur 15 ou 20 ans, sont l’occasion de réfléchir à la forme de nos villes, à nos modes de vie à nos désirs et à nos craintes.

L’exposition qui présente l’action de l’Europe sur des projets d’aménagements urbains, de revitalisation et de transformation, évoque dans le même temps les déserts industriels, les baisses démographiques, les nouvelles modalités sociales et économiques…
En quoi cela est-il important ?
Ce sont des choix qui conditionnent le présent et l’avenir, choix qui le plus souvent ne seront appréciables qu’à postériori pour ne pas dire par les générations suivantes.
Pour le présent, deux contradictions majeures me frappent dans le projet présenté.
La première, pour une zone d’aménagement aussi vaste, « la moitié ouest du centre ville », sur une durée de réalisation de2, voir 3 décennies , il ne nous a pas été permis d’avoir la vision globale d’urbanistes dont l’expérience et le métier sont justement d’appréhender la complexité d’un territoire urbain pour en profiler l’avenir. Quand on doit conjuguer, l’histoire d’un lieu, la vie présente, les problématiques d’habitat, d’activités, de circulations de projets en cours, de surfaces contraintes ou disponibles, des liaisons et fonctionnements internes et inter secteurs, et le tout à projeter en tenant compte d’évolutions prévisibles des modes de vies, des questions énergétiques, des nécessités de centralités, on se dit qu’un éclairage global, sans parti pris préalable est nécessaire et utile.
Je ne remets pas en cause ici, la volonté de la municipalité de faire de l’ensemble de « l’intra-mail », un cœur vivant et dynamique pour toute l’agglomération. Je partage même cette ambition. Je crois seulement que d’emblée, le parti pris « déconstruction » comme il est écrit dans la délibération de la rue des carmes a été fixé et la concertation promise ne portera que sur le « comment l’accompagner » et non pas comme dans un projet ouvert, « souhaitez -vous autre chose »…
Le second point, un paradoxe qui ne trouve aucun argument d’explication : le tram madeleine, carmes, place De gaulle et le parking cheval rouge…
D’une part, le tram c’est par définition le choix d’un accès rapide, viable par le transport en commun des zones desservies. Il conforte et développe les déplacements doux, piétons et vélos. Dans toutes les villes, les hyper centres se voient ainsi rouverts très largement aux piétons et aux vélos. Réaliser un TCSP implique un investissement financier considérable avec un objectif de performance dans le service rendu à l’usager et aussi un choix dans les mesures d’accompagnement.
Pour justifier le parking cheval rouge, Monsieur le Maire a « ressorti » un argument que je n’avais pas entendu depuis longtemps et qui me semblait passé de mode « il faut que les gens puissent venir en voitures au centre ville ».
Un parking à cet endroit, pour les résidents avec des places réservées pour les personnes dont l’activité est en centre ville, là je comprendrais. Mais un parking voiture, concurrent du tram car présenté comme répondant aux mêmes fonctionnalités,  sans doute très coûteux du  fait  de sa localisation « type de sous-sol et fouilles »,  à deux pas de la place De gaulle où vont se croiser les deux lignes de tram…. Je m’interroge? D’autant plus qu’on peut envisager le stationnement plus à l’Ouest vers Madeleine en pleine cohérence avec le site propre et une rue des carmes piétonne !
Mon propos n’est pas anti-voitures ou quoi que ce soit d’approchant ! Je crois sincèrement, en effet indispensable de se soucier du  stationnement des véhicules, quels qu’ils soient d’ailleurs, vélos y compris. Je souhaite seulement que  cela se fasse en  concordance avec l’aménagement structurant « ligne Est Ouest » et dans un souci de réduction des coûts.

Si l’on prend du recul, vu du sud et en tant que conseiller général de St Marceau, je suis attristé de l’usage que font les automobilistes des bords de Loire côté sud. Le Maire indiquait vendredi soir la transformation des quais de Loire rive droite où avant ce « site protégé servait de parking… » Je tiens à rappeler que « Notre Loire » a deux rives, et que la rive gauche mérite tout autant notre attention collective.

Sur un autre plan, qui me parait très important, l’urbanisation d’Orléans ne concerne pas que le centre ville. Des engagements ont été pris, ici à St Marceau, pas seulement pendant la campagne des municipales mais durant le mandat précédent.

La transformation de la RN20 sud en boulevard urbain justement ! Quand et comment ?
J’ai eu la désagréable surprise, en interrogeant le directeur de routes du conseil général du Loiret de me faire entendre que ni la ville ni l’agglomération ne lui avaient soumis de projet sur ce tronçon de la RN20 !
Or, depuis plusieurs années, en réunion publique de quartier, le Maire d’Orléans nous a annoncé cet aménagement comme imminent !
Par ailleurs, les zones d’aménagements de l’Ouest sont en cours et en dehors de l’habitat, il n’est pas beaucoup question d’équipements publics, salles, écoles, gymnases… nouveaux services, plan de circulation… pourtant indispensables à la qualité de vie dans le quartier.
En cette période difficile sur le plan économique et financier, il ne faudrait pas que des dépenses extrêmement coûteuses dont l’utilité ne fait pas l’unanimité loin s’en faut, « raser sur 4m de profondeur 100 et quelques mètres de façades rue des carmes »,   justifient dans d’autres lieux de la ville, l’abandon de projets tout aussi importants pour Orléans et ses habitants. Je ne dis pas que c’est le cas aujourd’hui, mais lorsque j’entends ici ou là « ah ! on ne peut pas tout faire en même temps ! », au-delà de l’évidence du propos, je tiens à rappeler que les engagements ne valent pas seulement pour ceux qui les entendent ! Et qu’à ce titre, j’exprime tout haut les interrogations silencieuses de beaucoup de nos concitoyens.

blogarchi2

Visitez le site d’Archilab en cliquant ici

Pour terminer, je vous invite à aller à st Pierre le Puellier, l’exposition Archilab, vraiment très intéressante permet à mon avis d’ouvrir notre horizon et nourrir la réflexion. Elle apporte une réponse concrète sur « à quoi sert l’Europe » devant l’étendue et la diversité des projets présentés.
Bravo et merci aux organisateurs. .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s