braille1

 » L’ingéniosité du braille et sa diffusion ont radicalement changé cette situation remontant à la Nuit des Temps ! « 

Hommage personnel d’un bénéficiaire de l’ingénieuse découverte, à caractère universel de cet homme, né le 4 janvier 1809 et dont la dépouille repose à Paris au Panthéon.

Des colloques, des conférences, des expositions, des journées de rencontres vont marquer le bicentenaire de la naissance de Louis Braille. Hommage solennel, international pour rappeler l’importance de l’invention de l’écriture en relief, sur la base de 6 points pour tous les aveugles de la planète Terre.

Pour ma part, de façon beaucoup plus modeste, je souhaite lui rendre hommage en témoignant de ce que Louis Braille représente pour moi.

Quand j’ai rencontré le braille, j’avais 13 ans. Etant passé assez « brutalement » de l’état de petit garçon ordinaire à celui d’enfant aveugle, j’ai dû réapprendre à lire et à écrire.

Des outils simples : une tablette en métal, sorte de plaque sur laquelle s’articule un cadre que l’on peut ouvrir et refermer ; une réglette également métallique, comportant deux rangées de cases dédiées aux 6 points du braille, pouvant glisser le long du cadre ; une feuille de papier plus épaisse qu’une feuille ordinaire que l’on place entre la plaque et le cadre ; enfin un poinçon, le stylo du non voyant.

Pour moi, très vite la simplicité du procédé d’écriture me permit d’aligner des mots puis des phrases. Le génie de Braille réside dans l’évidence de son système, la combinaison des points pour les dix premières lettres de l’alphabet puis la logique qui permet de constituer l’ensemble des lettres.

La lecture me demandera un peu plus de temps, temps nécessaire à l’éducation du toucher. Le braille se lit avec la pulpe des deux index, cela demande sur le plan tactile un toucher fin et discriminant.

Au bout de quelques mois, grâce à ce nouvel outil, reprise des acquisitions scolaires de mon âge…

Des outils pour quoi faire ?

Jusqu’à Louis Braille, l’enfant qui naissait aveugle, l’homme ou la femme qui le devenait par maladie ou accident plus tard, n’acquéraient jamais ni la lecture ni l’écriture, et s’ils les avaient eus, ils les perdaient. L’aveugle d’avant le 19ème siècle était analphabète de fait. Il était par ailleurs pour diverses raisons « croyances, préjugés, ignorance » considéré comme en dehors de l’humanité, pas vraiment un être humain à part entière…

L’ingéniosité du braille et sa diffusion ont radicalement changé cette situation remontant à la Nuit des Temps !

Louis Braille Bienfaiteur de l’humanité ! Non seulement il a permis de lire et d’écrire, non seulement son procédé a fait le tour du Monde et partout a été adopté, non seulement il est toujours d’actualité à l’heure de l’informatique et de l’internet, mais il a été le point de départ de tout le reste…

Dans nos civilisations, l’éducation, le savoir, la culture, la communication, le commerce, nécessitent l’acquisition de ces deux outils fondamentaux : la lecture et l’écriture.

Braille a amené les outils qui ont permis l’émancipation des aveugles, la reconnaissance de leur statut d’être humain de capacité pleine et entière.

Ces principes sont pour moi, exemplaires et universels. En cela ils confirment pour l’humanité toute entière que, l’éducation, la connaissance, l’accès aux biens communs sont essentiels à la dignité de tout être humain. Qu’ils ne peuvent être refusés ou confisqués, et qu’au contraire leurs promotions doivent être favorisés.

Louis Braille ou « une lumière dans la nuit »…

Je le vois comme l’aurore d’une journée qui commence. Juste avant, c’est la nuit, sombre, sans étoile, sans lune, uniformément noire. Soudain, loin, tout au bout de cette nuit, une lueur vient briser cette uniformité. Un point, d’abord incertain, relief qui recouvre une réalité immense. Derrière ce point et à partir de lui, naît l’aube, trait de lumière douce qui va grandissant à l’horizon.

Comment dire ? Une naissance, une renaissance…

Et alors !

Et bien, ça ne veut pas dire que la journée sera belle, lumineuse, ensoleillée, radieuse et sans nuages !!

Car des nuages, des brouillards intenses,et même des éclipses il y en a eu depuis 200 ans. Chacun, ici ou là, qui a vécu l’un de ces parcours peut en témoigner. Si la vie commune est un long fleuve tranquille, « ce que d’ailleurs je ne crois pas », la vie d’un déficient visuel se rapproche plus de celle d’un torrent au courant tumultueux qui coulerait à l’envers, devant escalader les pentes rocheuses, contourner les parois trop abruptes, éviter les gouffres trop profonds…

Mais le combat vaut la peine d’être encore et toujours mené, pour soi-même et pour les autres, à la suite de tous ceux très nombreux qui l’ont engagé durant ces décennies. Chaque pas sur le chemin d’une citoyenneté à part entière, dans un Monde plus respectueux des êtres humains, des femmes, des enfants et de tant d’autres, est une victoire sur l’adversité.

Sans Louis Braille, je ne serai pas là pour vous le raconter !

braille2

comment2

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s