DSC_1688.JPG

photo JFG

Communiqué : Station d’épuration de l’ile Arrault : de la cavité karstique au gouffre financier

L’opposition municipale dénonce une nouvelle fois, comme elle l’avait fait au cours de la campagne pour les municipales, l’implantation de la station d’épuration de l’Ile Arrault en bord de Loire, dans une zone géologiquement peu propice à la construction de tels édifices. A plusieurs reprises, nous avons proposé de déplacer la station dans un lieu mieux adapté ou de se raccorder à la station de La Chapelle. Nous ne tirons pas de satisfaction particulière du fait d’avoir eu raison contre la majorité, mais force est de constater que ce dossier pourrait se révéler être un gouffre pour le président Lemaignen au sens propre comme au sens figuré !

Dans le cadre de la construction de la nouvelle station, une étude complémentaire du sous-sol a en effet été diligentée il y a quelques mois, car les sondages préalables n’avaient pu être réalisés sous les bâtiments existants. La plus élémentaire prudence aurait pu souffler à C. E. Lemaignen que dans ce secteur fragile, comme pour le pont de l’Europe ou pour la station de La Source, le sous-sol risquait de révéler des formations karstiques (cavités formées par l’effritement du calcaire dû aux résurgences de la Loire) qu’il faudrait bien combler pour pouvoir édifier le bâtiment en toute sécurité. Or le résultat de ces études a révélé, comme on pouvait le craindre, qu’il y a bien de gros problèmes sur ce site, et que ceux ci vont obliger l’entreprise chargée des travaux à injecter des milliers de m3 de béton pour combler les cavités repérées! En outre, comme par un jeu de dominos, ces comblements vont contraindre l’eau à s’écouler ailleurs, au risque de créer de nouvelles cavités aux alentours. Ainsi, rien ne dit qu’un problème réglé sous la station d’épuration ne va pas réapparaître sous l’hippodrome…

L’opposition municipale demande en conséquence que le dossier de la station d’épuration soit revu de fond en comble, en intégrant l’hypothèse d’un déplacement ou d’un raccordement à la station de La Chapelle.

En vertu de des risques liés à ces particularités géologiques nous demandons également qu’un nouveau site moins dangereux soit recherché pour l’ARENA. Nous sommes persuadés que si la décision d’implanter la station d’épuration à cet endroit était déjà une erreur politique majeure, le choix du même site pour un complexe comme l’ARENA relève d’une erreur de calcul encore plus grossière. Nous demandons par conséquent à Serge Grouard de renoncer à son projet d’implantation de l’ARENA à l’Ile Arrault. Car il y a fort à parier que les millions d’euros que peut coûter à la collectivité l’imprévoyance de C. E. Lemaignen se transformeront en dizaines de millions supplémentaires pour l’ARENA, dont l’emprise au sol est bien supérieure. Les temps actuels ne sont pourtant pas au gaspillage d’argent public !

Pour le groupe d’opposition Socialistes, Verts et Apparentés, Jean-Philippe Grand, conseiller communautaire, conseiller municipal d’Orléans, et Corinne Leveleux-Teixeira, conseillère municipale d’Orléans.

 

Mon commentaire : Même le sous-sol n’en veut pas !!

Les résultats de cette étude sont véritablement, une très mauvaise mais prévisible nouvelle, pour l’environnement et pour les finances des habitants de l’agglomération !

Ayant, en 2008, participé aux réunions dites d’information, avant la décision de reconstruire in situ la station d’épuration, et ayant demandé une étude sérieuse pour un autre choix que celui-ci, je m’étais vu répondre que le meilleur et le moins cher était ce projet-là !

Rien dans l’hypothèse reconstruction, ne posait problème, surtout pas la structure du sous-sol, type « gruyère à trous » de ce secteur ligérien… !

« Et pourtant beaucoup de gens s’interrogeaient » et il serait faux de prétendre que ces cavités karstiques représentent une surprise ou une découverte inattendue !

Donc, délibérément, le risque a été pris d’être confronté à ce problème. Il n’est pas sans solution, mais celles-ci sont coûteuses. De plus, comme il s’agit de circulation d’eaux souterraines, peut-on être sûr qu’en obstruant ces cavités à cet endroit, on ne crée pas une zone de dégradation ailleurs ?

Décidément, après « l’oubli » d’une étude d’impact, ce sont les fondations qu’on a mal évaluées !

En matière de « gruyère à trous », le sous-sol de l’hippodrome, voisin immédiat de la station d’épuration, devrait selon toute vraisemblance présenter les mêmes caractéristiques géologiques, du moins peut-on le supposer…

Sachant cela, faut-il dans ces conditions poursuivre le projet d’ARENA sur ce site ?

Car, si l’on additionne à ce problème de sous-sol pour le moment totalement évacué, les contraintes, d’accès et de circulation, d’inondation, un premier surcoût lié à la reconstruction ailleurs de l’hippodrome « 12 millions »,, un second lié à la localisation imposant une architecture d’exception, « ce qui a un coût, tous les décideurs locaux vous le diront »,

et enfin l’absence pour le moment de prévisions chiffrées sur les parkings et sur les aménagements de voiries, ainsi que l’éventualité d’une passerelle pour faciliter un accès piéton depuis la rive droite de la Loire « 8 millions », de combien de dizaines de millions d’Euros faudra t’il augmenter l’enveloppe de 50 millions annoncée il y a quelques mois ?!

Je considère qu’il est urgent, comme je l’ai proposé au conseil municipal, de reconsidérer cette localisation et surtout, dès maintenant, de rechercher un site mieux adapté n’engendrant ni surcoûts, ni nuisances pour les habitants et l’environnement

signaturemichel2

DSC_1684.JPG

photo JFG

comment2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s