michel brard festival de loire 720

photo JFG

Festival de Loire 2009

« Aux fêtes de Loire, à l’évidence, il y avait le choix : à pied, à vélo, à cheval, en tram, en bateau ou en auto ! Les observateurs placent le dernier mode en tout premier ! De toute façon, même les bateaux viennent en camion ! »

Un événement à la hauteur des attentes de ses promoteurs !

Beaucoup de monde, même à certaines heures, la foule, des spectacles, des animations, des bateaux, petits et grands, un splendide feu d’artifice !

Beaucoup de moyens mis en œuvre, financiers et techniques, quinze jours de fermeture des quais de Loire pour aménager et démonter, avant et après, les quatre jours d’effervescence.

Ayant pour ma part, un regard critique sur ce type de manifestation, et ayant au conseil municipal exprimé des réserves sur certains aspects, je reconnais bien volontiers l’impact populaire de ce festival. Le plaisir d’aller, en famille ou entre jeunes, déambuler le long du quai, au milieu de toutes celles et ceux qui font la même chose au même moment. Mais le succès de l’événement, éphémère par nature, ne modifie en rien ma position et surtout ne nous dispense pas, ni d’un examen attentif, ni de propositions d’évolution, alternatives.

En effet, les réserves déjà exprimées pour l’édition précédente, sont toujours d’actualité:

en dehors de l’aspect médiatique qui est important, quelle réelle retombée pour Orléans, « activités commerciale et économique, associations locales, animateurs et structures culturels d’Orléans… » ?

Le coût financier et technique portée par la ville est très conséquent pour seulement quatre jours !

Un projet mettant en œuvre une animation plus durable des bords de Loire et de la navigation sur le fleuve, restant dans la même enveloppe, représente une des l’évolutions que nous proposons et sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir.

Enfin, comme nous sommes nombreux ici à le dire, au sud sur la rive gauche, la Loire à Orléans ne serait-elle qu’un fleuve à une rive ?!

C’est vrai, nous, nous avons les voitures, les encombrements, les stationnements sauvages de véhicules sur les trottoirs, les passages piétons, devant les entrées des résidences… !!

Le verso d’une pièce dont le recto, nous avait-on dit portait la mention « développement durable ! »

Et que dire de l’entretien des berges, tout au long de la rive gauche ! Ordures diverses, détritus, papiers…

Ah, je sais, on va me taxer d’esprit chagrin ! Alors d’un côté vous réclamez de l’animation en bord de Loire quand c’est la fête, et nous, on vous propose de l’animation tous les soirs ou presque, défilé de voitures, bruits divers, depuis l’île Arrault jusqu’au pont Royal, aux entrées et sorties d’un grand équipement !

D’ailleurs en parlant de grand équipement et « d’animation », le dossier de l’AMO « assistance à maîtrise d’ouvrage », indique la réalisations « au pluriel » de commerces et d’hôtels de luxe à proximité du site… Ce qui avait été formellement nié en réunion par la municipalité !

Il parait que dans tout cela, les gens y viendront à pieds !

Aux fêtes de Loire, à l’évidence, il y avait le choix : à pied, à vélo, à cheval, en tram, en bateau ou en auto ! Les observateurs placent le dernier mode en tout premier ! De toute façon, même les bateaux viennent en camion !

« Maman ! Les ptits bateaux, qui vont sur l’eau, ont-ils des jambes ?

Mais non, mon gros bêta ! j’les ai vus debout, ils ont tous des roues ! »

Un mot sur le feu d’artifice, c’est prodigieux ce que les artificiers réalisent aujourd’hui ! Un grand moment de pyrotechnie que j’applaudis sans réserve…

Festival de Loire, un autre regard !

Si vous êtes venu, vous avez vu beaucoup de dos, « surtout si vous n’êtes pas trop grand ! » Vous avez peut être hésité à rester longtemps devant ceci ou cela…. Et puis vous n’êtes pas resté pour x ou y, et pas le bon soir pour z…

Et peut être, vous n’avez pu venir ! Empêché, malade, en déplacement…

Alors, en exclusivité mondiale, je vous propose d’y assister à travers l’œil et l’objectif sensible de mon complice Jean François Grossin.

En noir et blanc, sur trois pages en ligne, il met à notre disposition ses instantanés de vie, danseuses et accordéon magiques, marinier bouilleur, visages anonymes… Il voit, perçoit le charme ou le geste et saisit l’expression.

Vous verrez même, ce que vous n’avez pas pu voir… Le Maître des oies au décollage !

Plus que des photos, J.F. tu nous proposes une balade, et tu nous emmènes dans ton univers où le sensible et l’esthétique donnent corps et vie à tes personnages.

Il faut prendre son temps, et la musique qui accompagne, crée un décalage intéressant avec l’ambiance du festival réel. En dehors de la foule et du bruit, en dehors du temps, tu nous fait accéder avec une perception lumineuse à quelques « tranches de vies » pittoresques et tellement humaines !

Moi qui te connais un peu, je peux dire, je crois, que si ton appareil de prise de vue, est sophistiqué, compliqué, performant… c’est- depuis l’étincelle des neurones, tout là-haut, jusqu’au doigt qui presse le déclic en passant par les capteurs oculaires- toute l’émotion du Bon-Homme, talentueux observateur, qu’on trouve et reconnaît dans ce que tu nous proposes.

signaturemichel2

l
festival de loire michel brard blog23

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s