photo JFG

Communiqué du 17 novembre 2009

Tramway et accessibilité

Une annonce de marché public a été publiée par l’Agglomération le 7 novembre 2009 concernant la modification des quais de la première ligne de tramway. 

Ces travaux s’inscrivent dans le projet de construction de la deuxième ligne tramway de l’agglomération Orléans Val  de Loire, et plus particulièrement dans le cadre de la restructuration des matériels roulants existants et circulant sur la ligne A et la mise en conformité des quais pour permettre la circulation des nouveaux matériels roulants sur les  infrastructures existantes. 

Les travaux portent sur la suppression des pièces fusibles en bois fixées sur les nez de quais et sur la pose de repères  d’arrêt de tout modèle de tramway, pour les conducteurs. 

photo JFG

Cette annonce aurait pu passer totalement inaperçue dans le vaste chantier de l’aménagement  de la deuxième ligne de tramway. 

Cependant, les travaux indiqués plus haut dans l’annonce, concernent les « nez de quais », zone de l’interface entre le quai et la rame. 

Je rappelle que cette interface a fait l’objet au moment de la réalisation de la première ligne, d’un travail préparatoire important, dans  le cadre de la commission accessibilité de l’agglomération, que j’avais l’honneur de présider. 

photo JFG

En partenariat avec les représentants des personnes à mobilité réduite, nous avons déterminé, une interface optimum, réduisant au maximum la lacune « le trou » entre la rame et le bord du quai d’une part, et d’autre part la hauteur « le dénivelé » entre le plancher de la rame et le quai d’autre part. 

L’accessibilité des personnes à mobilité réduite est conditionnée par ces deux paramètres horizontal et vertical. 

Or, le « nez de quai » par son habillage, joue un rôle de comblement de la lacune, déterminant, pour les roues avant, des fauteuils roulants et les cannes des aveugles. 

photo JFG

Les nouvelles rames sont plus larges, et donc pour la circulation sur la ligne A, il faut diminuer l’avancée des quais. Résultat, avec les rames existantes qui vont continuer à circuler encore plusieurs décennies, et qui sont moins larges, on remet en cause l’ajustement actuel. 

Dans quelles proportions et pour quelles gênes ? Je ne peux répondre à ces questions ne disposant pas des éléments techniques. 

Ce que je sais, c’est que la commission accessibilité de l’agglomération n’a pas évoqué ce point. En tout et pour tout, ces derniers mois, elle ne s’est réunie qu’une fois pour aborder quelques éléments concernant la seconde ligne. 

Pour moi, il n’y a pas un travail sérieux, technique et en amont, sur l’ensemble du projet en matière d’accessibilité. 

Je le regrette, car cela apporte beaucoup en matière de déplacement et d’aménagement urbain, bien au-delà de la seule préoccupation liée aux handicaps, et au bénéfice de tous les usagers. 

Je souhaite, que sur ce point précis, les structures représentatives des personnes en situation de handicap soient consultées, et qu’au moins, l’on ne dégrade pas l’accessibilité existante de la première ligne.

signaturemichel2

Conseiller général, conseiller municipal

comment2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s