Au conseil municipal à propos de la sécurité.

Comme chaque année en janvier, la municipalité présente le bilan de la sécurité de l’année écoulée, donc cette fois-ci, 2009.

C’est l’adjoint à la sécurité qui, comme d’habitude, présente cette communication.

Que peut-on en dire d’intéressant ?

Sur le fond, les chiffres présentés confirment en 2009, l’amélioration de la situation. Amélioration plus sensible à Orléans que dans le reste du Loiret, selon ces mêmes chiffres.

Le sujet de la sécurité est suffisamment important pour la vie en commun, pour qu’on ne le réduise pas à des données quantitatives, même si, comme l’a rappelé notre collègue Corinne Leveleux, il est fort utile de pouvoir mesurer l’action publique.

En matière de sécurité, il convient de mettre en avant les acteurs que sont la police nationale et la police municipale, la justice, les acteurs de prévention.

Si en matière de répression, police et justice ont une mission bien identifiée, la prévention quant à elle relève d’un vaste secteur où l’éducatif mais aussi les perspectives socio- économiques sont déterminants.

Les chiffres sur lesquels sont produits tous les rapports, constituent le reflet de l’activité policière, qui ne prennent donc en compte que les délits enregistrés et traités comme tels.

C’est un débat ancien, et des observateurs de plus en plus nombreux, ainsi d’ailleurs que des syndicats de police, critiquent la méthode et aussi l’usage qui en sont faits.

Il a été dit, que les efforts devaient être maintenus, que la prévention devait être renforcée, ce à quoi je souscris pleinement.

Sur la forme, la présentation fut assez conforme à l’habitude. Caricature et grandiloquence !

« Avant 2001… » Pour un observateur extérieur à la ville, mais connaisseur du Monde, l’Orléans d’avant SG, donc avant 2001, à quoi ressemblait-elle ?

Le Chicago des années 30?

Le Beyrouth des années 80 ?

Le Groznyï des années 90 ?

Un champ de ruines dans un univers de brutes ?

Je force à peine le trait, c’est à quelque chose près la teneur des déclarations !

Le débat gagnerait en intérêt sans cela qui n’apporte rien.

Mon commentaire : la sécurité est un sujet de société et une réalité du quotidien. Les personnes les plus fragiles, les plus modestes doivent pouvoir compter sur l’action publique pour assurer et garantir leur tranquillité et leur sécurité. Cette donnée est simple mais essentielle pour la cohésion sociale et le bien vivre ensemble.

A partir de là, dans une société complexe, et dans un domaine où interviennent la nature humaine, les rapports humains, l’éducation, les conditions de vie… les avis, les solutions préconisées divergent et la tentation d’instrumentalisation est grande !

Déterminer causes et origines des violences, pour y remédier durablement, sans donner aux victimes le sentiment qu’on se préoccupe plus de l’agresseur que de l’agressé, est nécessaire si l’on ne veut pas continuer à saturer les prisons et à fabriquer des récidivistes…

Sur le plan local, on ne peut que se satisfaire de ces bons chiffres de la délinquance. Mais justement, comment dans ce tableau plutôt encourageant, peut-on expliquer que selon la police et la justice, Orléans est devenue une plaque tournante du trafic de drogue ? Il ne s’agit pas là d’une insécurité mineure mais de grand banditisme et d’une criminalité organisée aux ramifications tentaculaires !

Quelles sont les incidences de telles activités criminelles dans une cité comme la nôtre ?

Il n’en a pas été question dans les présentations des chiffres de l’insécurité…

Quant aux délits tels que les vols, cambriolages, dégradations diverses, inscrits également en baisse, ils existent toujours malheureusement. Ce qui est comptabilisé ce sont les plaintes dûment enregistrées, or combien ne le sont pas ?

D’où le constat partagé qu’il convient de poursuivre l’effort dans ce domaine, la réalité du vécu de nos concitoyens n’étant pas forcément en adéquation parfaite avec les chiffres annoncés.

S’il convient selon moi de reconnaître ce qui marche dans les mesures prises localement et nationalement, en matière de lutte contre la délinquance, il nous faut rester attentifs et réfléchir aux réponses à donner pour tout ce qui continue de poser problème. C’est un vaste chantier, permanent, évolutif, qui doit mériter toute notre attention et trouver des réponses adaptées.

signaturemichel2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s