L’accessibilité ! Une des oubliées de la décennie Grouard ?

Comment interpréter le résultat de l’enquête de l’Association des Paralysés de France publiée mardi dans la République du Centre ?

Classement : Orléans 73e sur 96 en matière d’accessibilité !

Plutôt que de réagir en affirmant que les autres villes de l’étude ont répondu aux questions, de manière moins franche qu’Orléans, « ce qui reste à démontrer », la municipalité serait bien avisée de s’interroger sur sa politique en la matière, et de tout faire pour améliorer ce très mauvais résultat !

Pour ma part, je relève trois déficits majeurs, que j’ai déjà eu l’occasion de signaler :

L’absence d’une volonté politique réelle ;

L’absence d’une vision globale de l’accessibilité ;

L’absence de concertation avec les associations de personnes handicapées.

Depuis la loi de 2005, il existe un certain nombre d’obligations en matière d’accessibilité, tout particulièrement pour les transports. Cependant le législateur a laissé 10 ans « 2005-2015 » pour mettre à niveau les installations et le matériel existant.

Dans ce laps de temps, les décideurs doivent faire preuve d’initiatives et de volonté car rien ne va de soi, quoi qu’on en dise !

Il faut encore aujourd’hui dans notre pays, un engagement déterminé pour faire aboutir les aménagements pourtant nécessaires. Et bien, cette détermination a fait défaut, ici, à Orléans…

Des exemples ?

La gare d’Orléans ! Malgré la loi et malgré une forte mobilisation des usagers, la mise aux normes de l’ensemble des quais de la gare n’a pu être obtenue ! Et pourtant il fallait le faire !

La liaison tram-train ! La non-réalisation de cette jonction, pénalise tous les usagers mais représente pour les personnes à mobilité réduite un obstacle infranchissable dans un lieu stratégique !

Une vision globale ? L’accessibilité, ce n’est pas seulement, même si c’est essentiel, les abaissements de trottoirs, les rampes, les planchers bas des bus et les portes larges…

Dans la ville, « l’accès à » est un concept qui doit s’appliquer à tous les aspects de la vie quotidienne.

Vivre dans la cité, c’est pouvoir se déplacer aisément, et l’on se déplace si on a accès à l’emploi, aux loisirs, à la culture, aux commerces, aux spectacles…

L’absence de concertation ! Un déficit vraiment regrettable qui ne permet pas une analyse fine des besoins et, en retour, nuit à la qualité des réponses mises en œuvre.

Dans les collectivités, les élus et les techniciens qui ont en charge la responsabilité des projets, peuvent retirer un grand intérêt à établir un partenariat confiant avec les associations représentatives.

L’actualité récente, à propos des travaux sur les « nez de quais » de la première ligne montre toutes les lacunes en ce domaine ! On demande leur avis aux personnes concernées une fois les travaux commencés !

Résultat, je le crains et je l’ai dit il y a déjà quelques mois, l’accès de la première ligne de tram risque d’être nettement moins facile pour les personnes à mobilité réduite ! Désormais, il y aura un trou de 8cm entre la rame et le quai !

Aujourd’hui, l’important est de corriger le tir. Dans les aménagements et projets structurants,

il est tout à fait nécessaire de prendre en compte l’expertise du secteur associatif.

Rappelons qu’une ville soucieuse du bien être des personnes en situation de handicap est une ville plus accueillante pour tous !

signaturemichel2

Conseiller général, Conseiller municipal.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s