photo JFG

Conseil de communauté de l’agglomération d’Orléans du 21 octobre

Pour la seconde fois depuis cet été, j’ai participé au conseil de communauté de l’agglo.

Plusieurs délibérations présentaient un relief particulier.

La plus importante, selon moi, a été la communication orale sur la prochaine DSP, délégation de service public, des transports de l’agglomération d’Orléans.

Autre point, l’école de la deuxième chance, pour un ultime passage, suite à l’accord trouvé entre les différents partenaires, la ville d’Orléans,  St Jean de la ruelle, l’agglomération, la région et l’état, et enfin les deux associations concernées, le porteur du projet et l’opérateur ACM. Si l’initiative du projet revient à Orléans, la mise en route et le fonctionnement du dispositif autour d’un projet commun, est à mettre au crédit des financeurs, la région centre et l’état.

Je me réjouis de cet accord, pour les jeunes qui vont en bénéficier et trouver là une opportunité dans leur parcourt difficile.

Enfin, le bilan du PLH, plan local de l’habitat, nous a été sommairement présenté. Comme toujours dans un document avec beaucoup de données chiffrées, il existe plusieurs lectures possibles.

Une relative satisfaction par rapport à ce qui se fait….

Une préoccupation certaine, si l’on considère d’une part, les demandes en attente et les ressources précaires d’un nombre important de demandeurs, et d’autre part, les 200 logements que l’on ne construit pas chaque année contrairement à l’objectif fixé ! Sur un mandat de six ans cela fait tout de même un déficit de 1200 logements !!

Dans le contexte actuel où pour bon nombre de nos concitoyens, l’accès au logement reste très difficile, il serait souhaitable de redoubler d’efforts, dans ce domaine vital, tout particulièrement pour les jeunes, les familles, et les personnes âgées à faibles ressources.

Pour en savoir plus :  cliquez ici pour télécharger  le dossier PLH

Quelques notes sur la DSP  transports durée prévue 7 ans : cliquez ici pour télécharger le document

Nouveauté par rapport à la précédente :

1. le délégataire prend le risque de la recette : il assume la responsabilité de la fréquentation sur le réseau.

2.partage des gains : si ceux-ci sont supérieurs aux prévisions, l’agglomération se verra reverser un pourcentage.

3. la vitesse commerciale : elle est assumée par le délégataire et n’est pas opposable à l’agglo.

4. transports à la demande : développement de ces dispositifs.

5. des options : la continuité vélos, bus tram ; les soirées ;  les désertes événementielles ; l’entretien de la plateforme du tram « actuellement en régie » ; les facteurs du développement durable « diminution des gaz à effet de serre » …

Autres données, le nouveau réseau avec CLEO : environ 11.5 KMS parcourus par an, pour un coût de 60 million d’euros.  Le réseau bus compte pour 55% des kilomètres, et CLEO est estimé à 1 million de KMS par an.

En tenant compte de différents facteurs, « accès aux zones d’activités, rôle des différentes lignes de bus, structurantes, périphériques ou de proximité », il est prévu un certain nombre de modifications notamment le dédoublement de plusieurs bouts de lignes et une ligne circulaire.

signaturemichel2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s