Communiqué.

Michel Brard – Conseiller général d’’Orléans-St Marceau

Si les intentions du maire d’Orléans et de son premier adjoint sont conformes à leurs déclarations toutes récentes, l’’île Arrault devrait échapper à la bétonisation et conserver son caractère  verdoyant !

Depuis l’’annonce initiale du choix de la localisation, en lieu et place de l’’hippodrome, je me suis souvent exprimé pour tenter de convaincre la municipalité de réviser sa position et de déterminer, sur des critères objectifs le meilleur lieu possible dans notre agglomération.

Cette question du lieu reste primordiale, d’’une part pour les coûts induits par la nature du site et d’autre part, pour l’’impact du fonctionnement lié aux accès et aux circulations.

Au cours de l’’année 2010, j’ai eu l’’occasion de participer à plusieurs réunions sur le risque inondation dans le Loiret et à Orléans. Aujourd’hui, l’’état mais aussi les collectivités locales, conseil général, ville d’Orléans, considèrent ce risque comme majeur et préconisent des mesures aussi bien de prévention que de gestion des populations et des biens, en cas de crue.

Alors, selon moi, se pose  une question relativement simple :

Si la seule alternative proposée, est de déplacer l’’ARENA sur le site FAMAR, est-il raisonnable et de bonne gestion, de concentrer en zone de risque majeur d’’inondation, les deux plus grands équipements de l’’agglomération ? Le Zénith, construit non loin du bras des montées,  est en effet en zone inondable, et donc exposé en cas de crue.

Doit-on multiplier le risque sur une nouvelle grosse infrastructure, ou au contraire le limiter au bâti déjà en place ?

Puisque l’’île Arrault ne semble plus d’actualité, profitons-en pour reprendre les différents sites possibles, proches des voies de communication de l’’agglomération et non soumis au risque de crue de la Loire.

Et dans un même élan, sur le chemin de l’’écoute et de la compréhension, ramenons ce projet à une dimension financièrement acceptable et sportivement utile !

Depuis l’’annonce de décembre 2008, les finances publiques au sens large, nationales et locales, sont sources de grandes inquiétudes. Après deux années compliquées, 2009 et 2010, l’’année 2011 est marquée par des budgets en baisse dans les collectivités territoriales et un déficit encore jamais atteint pour l’état !

Il faut donc continuer à investir mais au juste prix. Tous les écarts dans les projets qui se chiffrent en dizaines ou centaines de millions d’’euros, dans un contexte d’’argent rare, pénaliseront d’’autres actions.

Il est tout à fait possible de réaliser un grand équipement sportif, au service de l’’ensemble des associations sportives d’’Orléans, à un coût moindre, les exemples ne manquent pas.

Je ne pense pas que nous soyons condamnés à cumuler les records et à faire supporter aux contribuables orléanais,  après la ligne de tram  la plus chère de France, un équipement grand public le plus onéreux !

En cette période de voeux, je souhaite et j’’espère qu’après l’’écoute retrouvée, le bon sens et le raisonnable  qui n’empêchent nullement l’’ambition, soient aussi entendus et partagés!

signaturemichel2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s