Une session en demi-teinte pour un demi-mandat.

M le Président, toute la noblesse de notre activité d’élu réside dans le respect du choix de nos concitoyens

En ouverture de la session de mars, le Président a évoqué longuement l’ensemble des actions du département depuis 7 ans. En effet, nous sommes à la veille du renouvellement de la moitié de l’assemblée départementale et le Président fait partie des conseillers généraux renouvelables.

Parmi ces collègues en fin de mandat, 7 arrêtent leur activité et ne se représentent pas. Chacun d’entre eux a été salué comme il se doit.

En réponse au Président, notre président de groupe, David Thiberge a repris les différents points qui, pour nous, méritent une inflexion sérieuse de la politique départementale : solidarité, activités économiques éco compatibles, inter modalité des déplacements…

Toujours pour notre groupe, Micheline Prahecq a souligné notre inquiétude à propos de la question de management et de gestion des personnels. A plusieurs reprises, nous avons attiré l’attention du Président qui nous avait reçus d’ailleurs, il y a an. Depuis, des départs et l’expression, connue de tous, d’un malaise croissant, ont motivé notre intervention.

Pour ma part, dans cette séance d’ouverture, je suis intervenu pour répondre à quelques piques concernant des candidats aux cantonales que nous soutenons.

« M le Président, toute la noblesse de notre activité d’élu réside dans le respect du choix de nos concitoyens et donc dans l’incertitude des résultats des élections à venir. Dans cette optique, je tiens à souligner l’engagement des candidats que nous présentons le 20 mars prochain. Il s’agit de femmes et d’hommes intéressés par l’action départementale et présents et implantés dans leur territoire respectif. Quels que soient les résultats des prochaines élections, je peux affirmer que les nouveaux élus seront à la hauteur de la situation, soucieux de l’intérêt général, au service des habitants de notre département.

En cas de changement de majorité, je suis sûr, M le président, que la nouvelle majorité pourra compter sur votre soutien et la solidarité des élus minoritaires ! »

Pendant la session, mes principales interventions ont porté sur :

les travaux dans les collèges pour des enfants en situation de handicap ; il a été question du coût, et ensuite des obligations de la loi de 2005 qui ne peuvent être tenues car trop coûteuses !

« M le Président, en ce domaine, il ne faudrait pas jeter le bébé avec l’eau du bain ! en effet, il convient de garder l’esprit de la loi et d’avancer sur cette question d’accessibilité. S’il n’est pas possible, faute de moyens de tout faire, le pire serait, sur ce motif, de ne plus rien faire !

Je pense qu’il faut définir des priorités et agir concrètement. Pour moi trois secteurs doivent bénéficier de cette priorité :

  • les déplacements : pour les personnes à mobilité réduite, c’est une condition indispensable à la vie ; pour ce qui relève des compétences des collectivités, portons l’effort sur les transports en commun, l’inter modalité et la continuité de la chaîne de transport. Ces investissements concernant les personnes en situation de handicap facilitent la vie de bien d’autres catégories d’usagers.
  • – l’éducation : en effet, rendre accessible les établissements scolaires de proximité, correspond aux attentes des familles et à l’intégration des enfants dans leur lieu de vie, ville ou village, écoles élémentaires ou collège.
  • – les lieux de travail : des fonds existent pour l’aménagement des postes de travail ; il convient de les utiliser dans une plus grande ampleur et de favoriser les aménagements des entreprises mais aussi des administrations et services, pour accueillir sans difficulté les personnes en recherche d’emploi reconnues travailleurs handicapés. »

Au titre des délibérations de la commission de la solidarité.

Tout d’abord, le nouveau schéma enfance famille : « M le Président, je tiens à attirer l’attention de l’assemblée sur deux points contenus dans le schéma.

La PMI : il convient de remettre à niveau les interventions de la PMI. En matière de prévention et d’évaluation des enfants d’une même tranche d’âge qui aujourd’hui de bénéficient pas tous de cette intervention. Dans le contexte que nous connaissons de baisse inquiétante de la démographie médicale, amplifiée par la disparition progressive des pédiatres de ville, il nous faut renforcer notre dispositif de prévention et de suivi.

Protection et prévention : en ce qui concerne les mesures plus spécifiques de préventions, nous sommes attachés à cette compétence légale du conseil général. Il s’agit dans la plupart des cas, de situations très difficiles, touchant des enfants, des adolescents dans dans familles ayant souvent par ailleurs d’autres problématiques sociales. C’est pourquoi, l’action de prévention ne peut être dissocié de l’ensemble des interventions éducatives et sociales, menées par les professionnels du département. La protection et la prévention méritent un engagement fort, à la hauteur des situations préoccupantes repérées sur le territoire.

Schéma insertion et accompagnement du RSA : Nous avons redit notre souhait de voir développer l’accompagnement des bénéficiaires du RSA, afin de favoriser le retour à l’emploi. Moins de personnes par référents professionnels et plus d’engagements de notre collectivité vers l’économie sociale et solidaire.

signaturemichel2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s