Depuis la préparation des primaires citoyennes, il s’est écoulé une année entière durant laquelle nous n’avons pratiquement pas relâché notre activité militante !

Ce fut long, souvent intense, mais le résultat a été à la hauteur de l’engagement. Nous avons fait élire François Hollande et lui avons donné une majorité au parlement !

En tant que militant, élu local et animateur fédéral de la campagne, j’ai apprécié cette longue période de rencontres nombreuses, temps d’échanges avec des concitoyens inquiets mais désireux du changement.

Aujourd’hui l’heure est au travail et à la mise en œuvre des mesures nécessaire au redressement. Nous attendons du sérieux, du réalisme, de l’humilité et de la simplicité. Aussi bien dans le symbolique que dans les réalités du quotidien, le changement doit être visible et lisible pour tous ceux qui portent l’espérance de justice et de progrès.

Sur le plan local, Valérie Corre a été élue députée de la 6eme circonscription. C’est une grande satisfaction.

Nous espérions cependant envoyer plus de représentants à l’assemblée nationale ! Le découpage des circonscriptions et le mode de scrutin expliquent en grande partiece résultat.

Il faut noter, qu’aussi bien à la présidentielle qu’aux législatives, la gauche est restée majoritaire sur le territoire d’Orléans. Je n’hésite pas pour ma part à mettre cela au crédit de la forte implication de très nombreux militants et sympathisants orléanais, dans ces deux campagnes essentielles.

Pour illustrer cette période partagée avec les militants et les sympathisants, quoi de mieux que le témoignage du vécu ! Je vous en propose une illustration ci-après :

Toquer, c’est Gagner

Opération du « Porte à Porte » pour les élections présidentielles et législatives 2012.

Vraisemblablement le porte à porte a participé à la victoire et confirmé le désir de changement des électeurs mais aussi révélé de façon relativement importante le désintérêt voir la colère ; ceci, en lien avec les quartiers où vivent les personnes les plus défavorisées semble t’il.

Le choix de l’outil « porte à porte »

Il pouvait être perçu comme une intrusion dans la vie des gens et pourtant les portes se sont assez facilement ouvertes, du portail d’immeubles jusqu’aux portes d’étages.

Peut-on penser qu’en réalité les personnes sont en attente non formulée d’une rencontre authentique, non distanciée à laquelle ils peuvent éventuellement s’identifier et se sentir proche ?

Les portes se sont ouvertes, entrouvertes, se sont parfois et rarement refermées violemment, ou restaient fermées en raison d’absence supposée, voilà pour la forme.

Les chiffres témoignent de la large ouverture cependant et confirment que l’appréhension ne s’avère pas juste. Des informations données sur le programme de François Hollande, incarnées par le visage des volontaires, ont été accueillies favorablement.

Un visage qui fait peut être « envisager » qu’il y a un autre possible …

Une palette d’expressions s’est manifestée : étonnement, suspicion, sourire, manque d’intérêt, etc … colère aussi !

Se présenter soi-même comme citoyen actif soutenant un programme c’est offrir un modèle à ceux qui ont renoncé à leur statut d’acteur du changement et endossé celui de victime subissant les événements ou rejoignant les extrêmes.

Ecouter les questions, la colère et respecter ces modes d’expression peut continuer à faire évoluer la réflexion.

Redonner confiance dans leur capacité à poser un acte fort au travers du vote a été un axe dans les échéances (restaurer l’estime de soi)

Informer sur les modalités d’inscription pour ceux qui le souhaitaient c’est aussi semer un petit caillou pour les élections à venir.

Avoir une démarche pédagogique pour traduire ce que contiennent les engagements a eu toute son importance car beaucoup de personnes rencontrées sont dans « l’obscurité », l’incompréhension ou informées par les médias et saturées …

L’écoute bienveillante est un atout et se démarque du désir de convaincre, elle est probablement un chemin non menaçant pour rencontrer des électeurs.

Il ressort de cette opération beaucoup d’éléments positifs.

Monter les marches c’est symboliquement « aller vers », se mettre au niveau des personnes qui se sentent abandonnées par le système.

Cette proposition de « visages qui envisagent » un avenir est rassurante et garde une pertinence qu’il conviendrait d’entretenir afin de maintenir le début d’une mobilisation décelée chez certaines personnes désenchantées.

Quelle que soit la classe sociale rencontrée une attente parait réelle, de rencontres, de proximité même si l’accueil a été différent selon les quartiers.

Ce porte à porte peut être compris comme étant un atout de campagne mais aussi un levier pour d’autres actions à venir.

Nadine Badier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s