Je suis intervenu à l’ouverture de la session, en réaction aux propos liminaires du Président, et le lendemain à propos de la délibération concernant la politique « autonomie personnes âgées personnes handicapées ».

J’ai tout d’abord indiqué que la situation économique et sociale nous inquiétait, non pas seulement depuis le 6 mai, date de l’élection du nouveau président de la république, mais depuis plus d’un an, notamment avec la dégradation continu de l’emploi sur notre territoire. Ensuite que, comme il a été souvent affirmé dans notre enceinte départementale, le conseil général doit faire face à ses responsabilités, tout particulièrement du fait de sa position de chef de file dans le domaine de la solidarité.

Enfin, sur un tout autre sujet abordé par Eric Doligé, l’université d’Orléans, j’ai rappelé que si le Loiret présentait, à bien des aspects des atouts, il y avait à l’évidence un déficit d’attractivité pour l’université mais aussi pour l’ensemble des professions de santé. J’ai proposé que nous fassions converger nos efforts pour accrocher le « U » d’universitaire, au nouvel hôpital d’Orléans et que d’une manière ou d’une autre, on réussisse à développer une filière de formation en santé à l’université. Cela répondrait au double objectif, d’une meilleure attractivité universitaire et d’une implantation durable pour les professionnels de santé.

Au sujet de la politique d’autonomie, j’ai indiqué, au nom de notre groupe, que ce qui nous était proposé, -5 millions d’euros d’ajustement financier sur le handicap, était bien mal venu dans la situation que nous connaissons dans ce secteur. En effet, il manque toujours des places en établissements spécialisés pour les enfants, mais aussi entre 80 et 100 places d’hébergements pour adultes. Nous estimons que, s’il est normal d’avoir une programmation pluri annuelle qui demande du temps et de la réflexion pour aboutir aux réalisations concrètes, il aurait été souhaitable et, selon nous, tout à fait possible, de réunir l’ensemble du secteur concerné pour dégager des pistes de solutions transitoires. Trop d’enfants dans le Loiret sont en attente de prise en charge en rapport avec leur orientation pour réaliser sur ce chapitre une telle économie !

Nous avons voté contre cette proposition.

Cliquez ici pour télécharger la lettre n° 13 – juin 2012

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s