François Hollande, durant sa campagne électorale et maintenant en tant que Président de la République, a fait de la jeunesse sa priorité, en orientant son action vers l’éducation et l’emploi. En effet, les jeunes sont les plus affectés par le chômage (1 jeune sur 4 est aujourd’hui au chômage) et lorsqu’ils ont un emploi, celui-ci est souvent précaire (CDD, stages). Dans le Loiret, le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans a augmenté de 13% depuis un an

Par ailleurs, plus de 120 000 jeunes sortent du système scolaire chaque année sans diplôme (2 jeunes sur 10). Pour ces jeunes sans qualification, le taux de chômage atteint 45%.

Cette situation est dramatique et mérite des mesures fortes de la part du gouvernement. Le dispositif des « Emplois d’avenir » présenté par le gouvernement en septembre permet de proposer une solution d’emploi et d’ouvrir l’accès à une qualification aux jeunes peu ou pas qualifiés.

Les « Emplois d’avenir » s’adressent aux jeunes de 16 à 25 ans :

> sans diplôme qui ne sont ni en emploi, ni en formation ;

> de niveau CAP/BEP pour ceux rencontrant des difficultés importantes d’accès à l’emploi

> ou de niveau Bac pour les résidents en zone urbaine sensible (ZUS) rencontrant des difficultés importantes d’accès à l’emploi.

Les jeunes résidant en ZUS ou dans des zones d’emploi où le taux de chômage des jeunes est supérieur à la moyenne nationale bénéficieront en priorité des emplois d’avenir. Ces critères permettent de prendre en compte la situation des zones rurales isolées.

Ces jeunes devront être employés dans des secteurs d’activité à forte utilité sociale ou offrant des perspective de recrutement durable (filières vertes et numériques, secteurs social et médico-social, aide à la personne, animation et loisirs, tourisme…). Les associations, les organismes à but non lucratif de l’économie sociale et solidaire et les collectivités territoriales sont prioritairement concernés.

Les « Emplois d’avenir » seront pour l’essentiel à temps plein, en CDI ou en CDD de 3 ans (ou 1 an renouvelable jusqu’à 3 ans). 75 % du montant brut de la rémunération du jeune seront pris en charge par l’Etat pendant une durée de 3 ans.

La formation est un des leviers majeurs de réussite dans le cadre des emplois d’avenir. À l’issue de l’emploi d’avenir, les jeunes auront également la possibilité d’accéder à une formation qualifiante pour

réaliser leur projet professionnel. L’objectif est de permettre une première expérience professionnelle réussie pour que le jeune puisse se stabiliser dans son emploi d’avenir ou acquérir les compétences lui permettant d’évoluer vers un autre emploi.

100 000 emplois d’avenir seront créés en 2013, chiffre porté à 150 000 en 2014. Dès 2013, l’État s’engage à hauteur de 2,3 milliards d’euros pour financer ces emplois.

Plus d’info sur le site du Ministère du travail : http://travail-emploi.gouv.fr/actualite-presse,42/dossiers-de-presse,2141/100-000-emplois-d-avenir-seront,15264.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s