« Parce que gouverner, c’est se rappeler, en toute occasion, qu’ « il n’est de richesses que d’hommes « 

Gouverner, c’est prévoir

Cette formule si vraie résume, à mon avis, les enjeux auxquels sont confrontés aujourd’hui les responsables d’exécutifs, ici à Orléans comme partout ailleurs. Car la crise est là, avec son lot d’incertitudes mais aussi son lot de souffrances qui ne peuvent attendre. Comment faire les bons choix en période de difficultés économiques et sociales majeures ? Comment dessiner les futurs contours de l’Orléans que nous aimons, en toute lucidité et clairvoyance, mais avec l’ambition et la détermination que mérite notre ville ?

Gouverner, c’est choisir

Pour nous, les axes sont clairs : il faut en même temps assurer et dynamiser l’attractivité de la capitale régionale et répondre à l’impérieux besoin d’un vivre ensemble solidaire. Loin d’être contradictoires, ces deux exigences se nourrissent l’une l’autre ! Clairement, il faut affirmer des priorités sans dépenser plus car les emprunts et les PPP d’aujourd’hui sont les impôts de demain. La fiscalité locale, déjà trop élevée, ne doit plus servir d’ajustement pour financer, ici ou là, un investissement incohérent (comme le parking du Cheval Rouge) ou disproportionné (comme l’Arena) !

Gouverner, c’est servir

Dans ce contexte d’argent public rare, l’investissement doit d’abord aller vers l’économie durable, les déplacements urbains, les logements, les économies d’énergie et les équipements de proximité pour l’école, la santé et la vie associative. équipements pour accroître et améliorer les dispositifs périscolaires en accompagnement de l’actuelle refondation de l’école, si souhaitable et nécessaire, équipements pour développer de nouvelles pratiques médicales en réponse aux difficultés croissantes d’accès aux soins, équipements pour la solidarité active en rétablissant un lien de confiance avec tous les acteurs associatifs et publics. Il nous faut encourager et soutenir les dispositifs de proximité qui constituent un rempart contre l’isolement, l’exclusion et toutes les formes de précarité.

Gouverner, c’est entendre

Il nous faut donc lutter contre cette tendance à la surdité des élus en responsabilité ! Il nous faut entendre, sans exclusive, la voix de nos concitoyens, leurs rêves et leurs projets. Mais aussi leurs silences, leurs défiances et leurs exigences.

exigence de redressement et exigence de justice, exigence de sécurité sous tous ses aspects : biens, personnes, logements, parcours professionnels, santé, exigence d’intégration, de dignité et d’estime de soi, exigence de dialogue et d’écoute, exigence d’ambition et de solidarité. Parce que gouverner, c’est se rappeler, en toute occasion, qu’ « il n’est de richesses que d’hommes » !

michel signat

Tribune à paraitre dans le prochain magazine municipal

1 Comment

  1. à l’attention d’Evelyne qui a écrit un commentaire récemment: en déplaçant cet article dans le blog j’ai involontairement supprimé votre commentaire, je vous prie de m’en excuser. jean-françois grossin webmaster de Michel Brard

    Le voici à nouveau « recollé » et la réponse de Michel

    Bonjour Mr Brard,
    Sur facebook dimanche , un ami via Julien Perron publiait ce message suivant;
    Alors que plus 10% des foyers orléanais sont dans la pauvreté, devinez quel budget a été voté à la hausse? Celui des fêtes johanniques! A l’occasion du 600ème anniversaire de Jeanne d’Arc l’enveloppe passera de 770 000€ à 1 150 000€, +49% pour la fête qui annuellement met à l’honneur le clergé, l’armée et « l’élite »! Seul les élus communistes ont voté contre ce budget.
    Qu’en pensez vous ? et les socialistes quelle attitude ont ils eu ???
    Merci de m’apporter une réponse …
    Evelyne P.

    Je ne partage pas ce que vous dîtes sur le sens des fêtes joaniques. Ce sont pour moi les fêtes de la ville et le rappel d’un évènement où l’on peut trouver, que l’on soit croyant ou non, une symbolique sur la résistance, les plaies des guerres et la paix, que des centaines d’auteurs ont d’ailleurs exprimé bienmieux que moi.
    Sur la question financière, par contre, je suis plus partagé. Nous avons en effet voté pour cette édition du
    600ième anniversaire, une somme plus importnate que les autres années. Nous nous sommes interrogés. Le caractère « unique », cela n’aura lieu qu’une fois, et populaire, ce sont des manifstations accessibles à tous, nous ont fait finalement voter la délibération.
    Voilà les éléments de réponses que je suis en mesure de vous donner.
    Cordialement.
    Michel Brard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s