« L’humain au cœur des préoccupations, un budget anti crise… »

Que penser de ce préambule inscrit au début de la présentation du budget 2013 de la ville, sinon que l’on ne peut que partager l’intention et qu’ être d’autant plus déçu par la réalité du contenu !

Non pas bien évidemment que tout serait à remettre en cause, mais, de notre point de vue, les priorités annoncées, « humain, crise », n’ont pas une traduction dans ce budget à la hauteur de la situation.

L’ensemble des secteurs, de l’action sociale, de la jeunesse, du scolaire et de l’aide aux associations, stagne, le centre communal d’action social de la ville, « CCAS », quant à lui continuant à faire de l’excédent !

Certes, les grands équilibres financiers de la ville sont respectés, les taux de fiscalité inchangés, et une capacité d’investissement élevée. Je pense qu’il faut considérer aussi, car chaque Orléanais est directement concerné, la situation financière de l’agglomération. En effet, si pour la ville la dette est stable, en revanche, l’agglo d’Orléans n’en a jamais connue d’aussi élevée ! C’est une réalité qui correspond aux financements des infrastructures « principalement ligne B du tram 400 millions », qui fait peser des interrogations sérieuses sur les marges de manœuvre des années à venir…

Suite à la présentation du budget, nous avons été nombreux à intervenir pour souligner les différentes approches, indiquer les points d’accord et de désaccord, exprimer des propositions.

J’ai pour ma part, redit notre profonde divergence sur le projet ARENA, concentration de moyens à utiliser autrement, ainsi que sur la réalisation du parking du Cheval Rouge à quelques mètres des deux lignes de tram !

Il m’a paru important ensuite d’interroger le maire sur plusieurs points totalement absents de la présentation :

  • emploi : quelles décisions compte prendre la ville en matière « d’emplois d’avenir » ?
  • – scolaire : comment la ville prévoit d’accompagner la refondation de l’école, tout particulièrement dans les quartiers qui connaissent les plus grandes difficultés sociales ?
  • – jeunesse : la ville envisage-t’elle d’enrichir le contenu du « Projet Educatif Local » en proposant par exemple des activités sportives et ou artistiques pour accompagner la modification des rythmes scolaires ?
  • – social : en faveur de la grande précarité, et pour faire face aux besoins, j’espérais trouver dans les actions 2013, la mise en œuvre du projet travaillé conjointement par le CCAS et le Relais Orléanais, « restructuration et extension des locaux actuels ». Comme il n’y avait rien de fléché dans la présentation, j’ai demandé l’état d’avancement de ce « projet prioritaire en période de crise »…
  • logement : comment l’agglomération, car c’est à ce niveau que cela se joue, relève le défit du logement social, à travers un plan local de l’habitat « PLH » ambitieux ?

Enfin, car ce sont des propos que l’on entend désormais à chaque conseil, j’ai indiqué comprendre les difficultés de l’exercice dans le contexte économique et financier de cette fin d’année 2012, mais que contrairement à certains, je ne découvrais pas l’importance des déficits publics de l’état seulement depuis le 6 mai !

Les « prévisions » économiques ne révélant que des incertitudes, avec cependant sur le plan du « bon sens » la nécessité de vivre à la hauteur de ses moyens, il serait plus qu’hasardeux de faire porter par les finances de la ville, et presque elle seule, un grand équipement remboursable sur plusieurs décennies !

michel signat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s