Vivre en ville ? Cette réalité concerne désormais la grande majorité des habitants de notre planète et, depuis près d’un siècle, ceux de notre pays. Elle repose sur une envie et un besoin communs de vivre ensemble. Ce sentiment de solidarité au fondement de la ville est dans le même temps confronté aux défis de l’urbanisation : les inégalités, les difficultés de circulation, un étalement excessif du bâti au détriment des espaces naturels et agricoles, des nuisances à la qualité de l’air ou de l’eau. Comment concilier, à chaque échelle de la ville, les services et la qualité de l’environnement, du logement, du transport ? Comment faire vivre concrètement le sentiment de solidarité à Orléans ?

Cela suppose de lutter contre ce qui ne cesse de mettre à mal ce sentiment de solidarité. En regard d’autres villes comparables, Orléans est traversée par d’importantes inégalités de revenus. Selon l’INSEE, le niveau de revenu y est relativement élevé mais deux quartiers de notre ville, L’Argonne et La Source, sont très loin de ce niveau moyen. Logement : le coût élevé de l’immobilier n’est pas compensé par le logement social, dont le taux est relativement faible à Orléans. Les familles modestes avec enfants sont contraintes de s’éloigner du centre-ville et sont de plus en plus dépendants des transports en commun : les habitants de La Source ont ainsi le taux d’utilisation le plus élevé des grandes lignes du réseau TAO. Les équipements sportifs de proximité font cruellement défaut à Orléans. Le sentiment d’insécurité s’est installé dans certains de nos quartiers.

Ce sont là autant d’atteintes graves à notre contrat social dont l’équipe sortante n’a pas pris la mesure. Les objectifs de construction de logements sociaux ne sont pas tenus ; les effets de manche sécuritaires sont trop souvent privilégiés à la lutte sans relâche contre les trafics ; la solidarité a été trop longtemps délaissée et réduite par les sortants à un outil de communication à des fins électorales.

La ville est un organisme vivant, toutes les générations, tous les talents, tous les projets doivent y trouver leur place. Il importe donc de définir des projets et des orientations, de définir une méthode, en étant lucide sur les contraintes budgétaires, afin de retisser ce sentiment de solidarité sans lequel notre ville se retrouvera réduite en miettes !

michel signat

1 Comment

  1. Tout à fait d’accord, La ville, la cité c’est d’abord un lieu où les valeurs de liberté, d’égalité, d’EGALITE et de laïcité sont essentielles et indispensables. Vive la convivialité et l’urbanité dans une ville apaisée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s