Ce conseil municipal de février a été marqué par le long échange qui a suivi la communication sur la réforme des rythmes scolaires.

Premier étonnement, du moins dans nos rangs, le document transmis sur le sujet indiquait : « la ville d’Orléans a décidé de demander la dérogation pour mettre en œuvre la réforme, seulement à partir de la rentrée de septembre 2014… »Puisque « décision était prise », le conseil n’avait plus qu’à en prendre acte.

L’autre remarque, porte plus sur le fond, où, dans la présentation, n’ont été présentés que les « inconvénients comptables », les « impossibilités d’organisation », les « conséquences fâcheuses pour les personnels », alors que « l’intérêt de l’enfant » n’a pratiquement pas été évoqué.

Pour ma part, j’ai indiqué que si j’entendais bien les contraintes financières et humaines engendrées par la réforme introduisant une demi-journée de plus d’école « 4,5 jours par semaine » et des journées moins longues, il me semblait que pour les enfants, tout particulièrement ceux en difficulté, cela allait dans le bon sens. Que dans tout ce que nous mettions en œuvre, il y avait des enjeux financiers, techniques et humains, mais que l’on prenait en charge pour répondre à l’objectif ou au choix que l’on s’était fixé !

Le projet, beaucoup plus global, de réussite éducative, de lutte contre l’échec scolaire, mérite un engagement fort et des moyens, c’est ma conviction…

michel signat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s