Depuis des mois, la fin programmée du cumul des mandats anime les débats des responsables politiques et suscite l’impatience de nos concitoyens.
Cela tient à un engagement clair pris par le Président de la République pour mettre fin à cette regrettable exception française; engagement que certains élus, parfois socialistes, ne souhaitent malheureusement pas tenir dès 2014.

Pourtant, l’interdiction du cumul des mandats en nombre (mandat parlementaire plus exécutif local) et dans le temps est justifiée à plusieurs titres.

Le premier d’entre eux est pratique. Il est bien audacieux et prétentieux de prétendre pouvoir mener de front plusieurs mandats qui occupent à plein temps. Pour avoir été adjoint à Orléans, je peux témoigner que le travail demandé, en plus de l’attention accrue et nécessaire à porter à l’ensemble de nos concitoyens, n’est guère compatible avec l’exercice d’un mandat parlementaire. Nous le constatons bien à Orléans où, depuis 2002, Serge Grouard choisit successivement de s’investir dans l’un ou l’autre de ses mandats.

Le second motif tient à l’irréalité de l’argument selon lequel un parlementaire sans mandat local serait coupé des citoyens. Les parlementaires socialistes du Loiret ne cessent, au quotidien, de témoigner du contraire.
Jean-Pierre Sueur mène un travail remarquable au Sénat alors qu’il n’est plus maire depuis 2001. Il a été réélu brillamment en 2011, arrivant devant des adversaires de droite exerçant pourtant un mandat exécutif local, dans un scrutin nominal.
Valérie Corre a, pour sa part, été élue face au Président de l’Agglomération orléanaise alors qu’elle n’avait aucun mandat exécutif. Elle se consacre, depuis lors, pleinement  et activement à sa tâche de députée, à l’Assemblée comme sur notre territoire.

La dernière raison enfin, mais la plus importante à mes yeux, tient au renouvellement impératif des pratiques politiques.
Le renouvellement des élus, dans la durée, est essentiel pour permettre de brasser et dynamiser le champ politique, faire émerger de nouveaux regards et de nouveaux projets et nous efforcer de retrouver ainsi la confiance des citoyens..

Pour toutes ces raisons, je suis résolument favorable à ce que l’interdiction du cumul des mandats prenne effet dès les prochaines élections locales. Je soutiens pleinement l’action des deux parlementaires socialistes du Loiret sur ce sujet !

Il me semble, pour finir, que la question doit être étendue au cumul d’activités et donc au statut de l’élu ; la pratique à plein temps d’un mandat important, supposant également, selon moi, de se détacher de ses obligations professionnelles.

michel signat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s