Basketball block isolated on white background

L’équipe de France féminine de basket a réussi un parcours formidable, échouant de peu pour le titre de championne d’Europe !

A l’occasion de cette épreuve sportive, de haut niveau et de grande qualité à tout point de vue, il nous a été permis d’apprécier une installation sportive qui porte un nom qui résonne particulièrement à nos oreilles d’Orléanais, celui d’ARENA !

Pour information :
La Pubeco Pévèle Aréna est un complexe sportif de 5000 places situé dans le Nord, à Orchies, et dédié au basket-ball. La Pubeco Pévèle Aréna a été inaugurée le 5 janvier 2013.
Pour une capacité de 5000 places et un coût de 12,7 millions d’euros, la région Nord Pas de Calais a apporté une aide de 6,5 millions, soit 52%, le Conseil Général du Nord de 1,2 millions, soit 9,5%, et l’État (CNDS) 1 million d’euro, soit 7,8%.

Il reste à la charge de la ville d’Orchies la somme de 4 millions d’euro, soit 30,7% du montant total de la facture.
Le coût à la place pour le contribuable est de 2540 euros pour un bassin de population allant de Tournai (en Belgique) et concernant les villes proches de Douai, Valenciennes et la métropole lilloise. Soit au bas mot, 800 000 personnes dans un rayon de 30 à 50 kilomètres maximum

La Pubeco Pévèle Aréna fait partie des stades ayant un contrat de naming. C’est la société Pubeco DDM, basée également à Orchies, qui a réussi à apposer son nom sur l’Aréna. Pubeco est le leader de la dématérialisation des catalogues et prospectus papier sur Internet. C’est la première PME de France à associer son nom à celui d’un équipement sportif d’une telle envergure.

Et chez nous ?
A Orléans, le projet de d’une Aréna de 10 000 places pour un coût estimé à plus de 103 millions d’euros avec un financement Partenariat Public Privé « PPP » générant un loyer dont le montant n’est pas connu à ce jour sur 25 ans, fait l’effet d’un « monstre » financier, certes, 2 fois plus de places que la structure du Nord mais pour un coût pratiquement 10 fois plus élevé !

Même si nous savons faire cher en matière de coût, « voir la seconde ligne de tram parmi les plus chères de France au kilomètre », je suis convaincu de la nécessité d’orienter la dépense publique vers des investissements prioritaires en lien direct avec le développement économique pour l’emploi, et les infrastructures de notre agglomération.

Je continue à penser qu’un projet d’équipement sportif, régional et d’agglomération, s’il est toujours fléché par le mouvement sportif et les collectivités locales comme un équipement nécessaire, doit pouvoir trouver sa place dans notre territoire, à condition d’entrer dans une enveloppe budgétaire très inférieure à celle du projet actuel.

michel signat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s