Stack of paper and keyboard, symbolizes communication

L’actualité m’a imposé d’intervenir avec une question préalable :

« Monsieur le Président, je m’adresse à vous ce matin, au tout début de notre séance d’ouverture de la session, au nom de l’ensemble des conseillers généraux de gauche de notre assemblée.

Je souhaite vous interroger car depuis hier, les médias vous prêtent des propos qui choquent, qui heurtent ; des propos de haine, de violence à l’encontre de celui que les Français ont choisi comme Président de la République.

Il me semble important de souligner que, dans l’action politique, vous êtes un élu national de longue date, qui connaît bien et pratique la contradiction, l’échange et la confrontation.

Bien sûr, il est légitime de ne partager ni les convictions ni les idées des autres.

Mais il y a manière et manière d’exprimer ses convictions.

Et je pense que, si ces mots ont été véritablement prononcés, ils dépassent largement le cadre d’une expression respectueuse et républicaine.

La violence est un fléau, on ne sait jamais quand on tient des propos qui sont aussi extrêmes, ce que l’on peut provoquer !

Cette violence verbale qui est souvent l’expression d’une haine, peut donner véritablement des dérives à caractère populiste, dérives que tous les républicains doivent condamner.

Beaucoup de démocrates, de gauche comme de droite, ont exprimé au niveau national leur désaccord.

Je le dis très simplement Monsieur le président, j’aimerais que ce matin, vous nous disiez que tous ces propos sont soit inexacts, soit qu’ils ont été prononcés dans un contexte particulier, et que vous les retirez ! »

N’ayant pas été entendus, nous avons, pour la première fois depuis des années, quitté la séance d’ouverture.

Ensuite, au cours de la session, nous avons fait des remarques et des propositions principalement sur :

1 la société publique locale d’ingénierie (SPL) : un outil intéressant au service des communes.

2. Trois rapports de la chambre régionale des comptes, sur la gestion du CAUE, la petite enfance et la gestion du département.

3 un dossier important le plan Climat-Energie du territoire (PCET) avec nos observations notamment du le CPE (contrat de performance énergétique). Il y a certes l’obligation de la loi, mais aussi la volonté d’agir ; initiatives vers les citoyens en matière d’économies d’énergie, d’eau et de traitement des déchets?

4. le schéma pour la jeunesse : qui concerne la réussite éducative.

Il se trouve que ce schéma est concomitant avec la décision de mettre un terme au 01/ 01/ 2014 à un outil de prévention, justement dédié à la jeunesse, la prévention spécialisée.

Il est ici question « d’ambition pour les jeunes du Loiret en matière de réussite éducative pour tous ! »

Il y a selon moi une contradiction entre cette annonce et la décision sur la prévention spécialisée.

Trois motifs ont été avancés :

L’augmentation des informations alarmantes dans les secteurs couverts par la prévention.

la transformation de la prévention spécialisée en prévention de la délinquance ; avec comme conclusion : les résultats ne sont pas à la hauteur de nos attentes…

La prévention spécialisée, une compétence facultative : si l’on examine tous les textes depuis les lois de 1972 jusqu’à 2007, la prévention spé est indissociable de l’aide sociale à l’enfance auprès des jeunes et des familles ;et la loi de 2007 le réaffirme.

Alors questions :

1 si tel est le cas, pourquoi avoir voté, dans le cadre de la loi de 2007, en mars 2011 le schéma départemental de la protection de l’enfance où l’on réaffirme l’utilité de la prévention spé ? Et par ailleurs, comment se fait-il que l’on n’ait saisi, à aucun moment, les comités de pilotage où notre collectivité siège avec les acteurs concernés ? Ni saisi ni d’ailleurs réuni !

2 et si en effet le constat n’est pas satisfaisant, est-ce que la réponse est de tout arrêter ? Les jeunes en danger, eux, sont toujours là !!!

Nous ne sommes nullement hostiles à une remise à plat des dispositifs, si nécessaire, et à la mise en œuvre de nouvelles orientations.

Nous pensons que la réussite pour tous les jeunes passe par la prise en compte des jeunes en difficultés, dans les territoires qui connaissent justement des difficultés socio-économiques !

Nous ne pouvons souscrire à un schéma pour les jeunes qui commencerait par abandonner un domaine important de la prévention, celui des jeunes en grande difficulté…

michel signat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s