Alors qu’au Nord de l’agglomération le regroupement des cliniques connaît quelques difficultés de démarrage et qu’au Sud un premier bâtiment s’est ouvert dans le nouvel hôpital avant l’ouverture complète prévue en 2015, la question de l’accès aux soins, y compris au cœur même de la capitale régionale, se pose chaque jour un peu plus ! La démographie en baisse dans notre territoire de l’ensemble des professionnels de santé, médecins, dentistes et para médicaux, conjuguée avec des départs en retraite assez nombreux et peu remplacés, allonge tous les délais d’attente, « premier rendez-vous, examens… », et complexifie les parcours de soins.

Pour faire face à cette situation, il convient d’agir sur les différents aspects de cette problématique.

A court terme et pour le présent, la création de maisons pluri disciplinaires de santé, à l’initiative des soignants et portées par les collectivités, est une réponse efficace et attractive car correspondant mieux aux attentes d’aujourd’hui. Dans ce domaine, le programme initié par la région Centre et l’ARS est innovant. 50 projets ont déjà été validés et sont en cours de réalisation, 50 autres sont en préparation.

A moyen terme, pour assurer un renouvellement satisfaisant des professionnels de santé, le moyen le plus pertinent est de favoriser la formation, à Orléans, de ces professionnels !

L’implantation prochainement d’une autre école paramédicale, adossée à l’école des kinésithérapeutes, est un pas vers un pôle de formation en santé pluri disciplinaire. L’accueil d’externes et d’internes en nombre plus important à l’hôpital est un facteur déterminant.

Il nous faut œuvrer pour aller au-delà de la communauté hospitalière actuelle Orléans-Tours et imaginer un CHU ligérien intégrant les deux entités en une seule, forte et riche de ses complémentarités.

Cette dynamique représenterait un atout considérable et un impact certain sur l’implantation durable de soignants à Orléans et dans le Loiret.

Enfin, l’accent doit être mis sur la prévention et l’éducation en santé, facteur de réduction des risques et d’amélioration des pronostics en matière de thérapie. L’alimentation, l’hygiène de vie physique et sportive, l’information, la qualité de l’environnement, tous ces paramètres interviennent dans ce champ de la santé.

C’est aussi à ce titre que les politiques générales mises en œuvre impactent notre vie quotidienne. La qualité de l’eau, de l’air, de son logement, la facilité et le confort de ses déplacements, sont autant d’éléments à prendre en compte dans cet enjeu majeur.

michel signat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s