Suite au discours d’ouverture du président du conseil général, j’ai pris la parole au nom des conseillers généraux de notre groupe.

« M. le Président, il n’y a pas si longtemps, c’était avant 2012, face aux désengagements de l’état de l’époque, vous nous disiez que le rôle d’un responsable de collectivité territoriale n’était pas de sombrer dans le catastrophisme et la sinistrose !

Que penser alors de vos propos de ce matin et de toute la communication que vous mettez en œuvre depuis plusieurs mois ?

Vous avez évoqué les élections municipales, je m’associe à vos félicitations adressées aux maires élus ou réélus dans l’ensemble des communes du Loiret. Les Français ont exprimé un fort mécontentement et peut-être plus encore par l’abstention, de la défiance et du désintérêt vis-à-vis des politiques. C’est un échec sévère pour la gauche, avec malgré tout quelques réélections que je salue.

Cette session est la session budgétaire, je centrerai donc mon propos sur le projet proposé pour 2014.

Dans le contexte économique et financier difficile que nous connaissons, des priorités et des choix doivent se dégager. A ce titre, et dans plusieurs rapports, il est indiqué, lorsqu’une action va être supprimée :

Le département devant se recentrer sur ses compétences obligatoires…

Or, si je partage cette affirmation, je ne la retrouve pas vraiment dans la présentation du budget 2014.

C’est pourquoi, au cours de notre session, nous aurons des interrogations, des propositions et des oppositions sur un certain nombre de domaines tels que :

  • les critères définissant les priorités pour le plan de restructuration des EHPAD « établissement pour l’hébergement des personnes âgées dépendantes » ;
  • l’organisation et la tarification des dispositifs d’aides à domicile ;
  • la persistance d’un déficit de places pour l’accueil d’adultes en situation de handicap ;
  • l’absence depuis maintenant plusieurs années d’un schéma de l’autonomie ;
  • la situation des jeunes en difficulté, la prévention et l’insertion
  • la proposition d’abandonner le dispositif de sous-location en matière de logement, pour les personnes en grande difficulté ;
  • les priorités en matière de programmation des aménagements pour les routes départementales ;
  • l’augmentation des tarifs des transports scolaires sans prise en compte des ressources des familles, application du quotient familial ;
  • informations sur l’application de la DSP des transports départementaux, avec l’émergence semble-t’il de difficultés.
  • enfin, les sommes conséquentes consacrées à la communication, dont le caractère partisan, exclusivement anti-état, au service d’une campagne politique nationale d’un parti, ne relève pas pour nous du bon usage de l’argent des contribuables loirétains…

M. le Président, vous avez beaucoup accusé, montré du doigt, et prédit le pire, et dans le même temps vous nous avez invités à ne pas mettre de l’huile sur le feu. A mon tour, je vous invite à plus de modération et surtout à plus d’optimisme.

michel signat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s